samedi 18 octobre 2014

Le mal socialiste : la constipation

En juillet dernier je vous annonçais, en exclusivité sur ce modeste blog :
"On a enfin retrouvé la boite à outils de Hollande, et c'est Arnaud Montebourg, Ministre de la sodomie de l'économie et du redressement productif qui l'a déniché planquée sous un bureau à l'Elysée..."




Boite à outils : à prescrire en cas de crise

Un ami africain me disait, il y a de cela quelques années :
"Il faut profaner le malheur"
A la lumière de ce vieux proverbe, nous comprenons désormais mieux la forte charge symbolique associée à l'érection du sapin de McCarthy place Vendôme.

Les socialistes ont une idole, devant laquelle ils comptent se prosterner, espérant ainsi guérir de leurs guerres intestines.
Une coloscopie Une thérapie de groupe en somme...

Tout ceci ne fait qu'accréditer la thèse selon laquelle, le socialisme français souffre d'un mal terrible.
La constipation.





Mais la fatalité en a voulu autrement et leur a porté un coup terrible en cette nuit du 18 octobre 2014.

Leur idole a été mise à terre par d'ignobles réactionnaires. Grâce leur soit rendue.

Du coup ils l'ont dans l'cul les socialistes, et c'est le visage empreint d'une sourde douleur qu'ils se recueillent devant leur dieu qu'est tout mourru.





La secte du dilatateur rectal  en plein recueillement

mardi 9 septembre 2014

L'artiste du jour

Quelques créations de chez Rosie Art.

vendredi 5 septembre 2014

Hollande la bête de l'Apocalypse ?

Vous souvenez-vous de l'affaire Aquilino Morelle cet ex-conseiller du Président Hollande viré pour ses accointances avec l'industrie pharmaceutique ?
En vérité il a servi de fusible afin d'éviter qu'une révélation sordide n'éclabousse l'actuel Président révélant ainsi sa véritable nature et les forces obscures à l'oeuvre.

On a attribué à Aquilino Morelle une passion dévorante pour les chaussures, au point qu'il les faisait lustrer régulièrement à l'Elysée même, par un pauvre hère cordonnier de son état.
Ce dernier, dit-on, aurait depuis été interné à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière dans le même service que Valérie Trierweiler après sa tentative de suicide.
Il y tiendrait des propos incohérents et souffrirait de symptômes post-traumatiques sévères.



Mais quels terribles secrets, quelles infamies se cachent donc à l'Elysée ?


Si les récentes révélations de Valérie Trierweiler dans son livre "Merci pour ce moment" sont un réquisitoire terrible pour celui qui fut son compagnon durant 10 ans, il n'en reste pas moins que ce brûlot est en réalité empreint d'un hermétisme symbolique q'il s'agit de décrypter.

Dans un dernier sursaut de rédemption salvatrice, celle qui a côtoyé le diable en personne, nous livre un indice capital : Hollande dit-elle, se gausserait des pauvres qu'il appellerait les sans-dents.




Mais énumérons si vous le voulez bien, tous les indices avec, en dernier, la clef de voûte de cette énigme :

  Industrie pharmaceutique, proches d'Hollande écartés, internements hospitaliers, camisoles chimiques, collection de chaussures, sans-dents.

La Grâce Divine a voulu que votre Serviteur ici-présent se soit procuré des photographies d'une des nombreuses paires de chaussures entreposées secrètement dans les sous-sols infâmes de la maison du diable rue du Faubourg Saint-Honoré.


Que le ciel nous préserve de la folie dès lors que nous tentons d'entrevoir quelles sinistres barbaries se déroulent dans la résidence présidentielle.
Ce rite satanique ancestral, sans doute d'origine païenne, se déroule-t-il lors des journées du patrimoine ?
On n'ose imaginer à qui appartiennent ces dents et dans quelles conditions terribles elles ont été arrachées à leurs propriétaires enlevés et sacrifiés sur l'autel républicain lors de célébrations occultes effrayantes.

Hollande saluant la foule venue l'acclamer.
Combien d'entre eux ont-ils été sacrifiés ? Combien de sans-dents ?
 L'éclair frappant l'avion après son investiture aurait du nous alerter, mais bien peu ont su lui donner sa signification véritable.
Que celui qui a de l'intelligence calcule le nombre du nom de la bête, car c'est un nombre d'homme, et ce nombre est six cent soixante six. (Apocalypse de Jean, au chapitre 13, verset 18)
 Il est dit dans les prophéties que dans les derniers temps, tout deviendra clair. Lucifer sûr de son emprise sur le monde ne prend même plus la peine de se cacher.
Nul besoin d'être expert en numérologie pour démontrer aisément que le nom de la bête est Hollande :

                                                  H : 8ème lettre de l'alphabet latin
                                                  O : 15ème lettre de l'alphabet latin
                                                  L : 12ème lettre de l'alphabet latin
                                                  L : 12ème lettre de l'alphabet latin
                                                  A : 1ère lettre de l'alphabet latin
                                                  N : 14ème lettre de l'alphabet latin
                                                  D : 4ème lettre de l'alphabet latin
                                                  E : 5ème lettre de l'alphabet latin

Le compte est bon

mercredi 3 septembre 2014

Hollande est un sale type : what else ?

La maîtresse cocufiée à son tour, répudiée publiquement à la télé comme une sous-merde, se venge et écrit un bouquin. Il parait qu'Hollande n'aime pas les pauvres et les surnomme les sans-dents. Et alors ?
What else ?
C'est un sale type, un sale mec.
Plus rien ne m'étonne.
Ce type vendrait son pays, sucerait Obama, fomenterait des guerres civiles sur tous les continents et vendrait son âme au diable.
Que Dieu vienne en aide à la France et prenne pitié des ordures politiques qui vivent par le mensonge.


Archives du blog

On ne lâche rien !

On ne lâche rien !
La dégénérescence c'est un peu l'obsolescence programmée du socialisme.